Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

euro - Page 4

  • Mon avissionnaire

    heli.jpg

     

     

    mario-draghi-gift.jpgChers amis nécronomistes, je pense avoir trouvé la suite des évènements et particulièrement la manipulation qui va suivre de la Money Power après les élections européennes pour nous remercier d'avoir bien voté et de ne pas entraver la marche forcée vers le fédéralisme comme il était défini dés le départ par les tenants du grand Kapital.

    Aujourd'hui dans les pays de la zone Euro, la consommation fait du sur place et tous les pays sont frappés par le manque de pouvoir d'H.A.

    Devant pareil blocage, le quantitative easing tel qu'il a été pratiqué jusqu'alors ne s'est pas avéré particulièement efficace. L'argent ayant du mal à sortir du coffre fort des banques pour atterrir dans l'économie réelle., je fais donc le pari osé que la solution pour faire face à la colère des peuples et les réconcilier avec l'Europe se fera de la manière suivante

    HELICOPTER MONEY

    initié par Milton Friedman en 1969 et repopularisé par Greenspan dans un article en 2002, il existe trois sortes d'Helicopter Money.

    La première l'annulation des dettes souveraines par leur rachat. Pour info la BCE détient 26% de la dette publique européenne.

    La deuxième consiste à financer des grands travaux directement par la BCE

    Enfin la troisième, celle qui je pense sera retenue, un transfert de monnaie directement aux entreprises et aux particuliers.

    Pourquoi je crois en cette solution, tout simplement parce que l'on ne s'en sortira pas avec pour seule stratégie de réduire les dépenses publiques ou de diminuer les salaires pour retrouver de la compétitivité.

    Le moins que l'on puisse dire est que cette stratégie ne recueille pas l'adhésion des peuples et contribue à la détestation de l'Europe et les pousse à des manifestations de plus en difficiles à contenir.

    Surveiller et punir n'est pas un programme économique.

    Comme je l'écris depuis si longtemps le vrai danger c'est la japanisation, la trappe à liquidités avec des investisseurs qui n'investissent plus et des consommateurs qui ne consomment plus. Le Japon n'en n'est jamais sorti malgré des milliards de yens qui n'ont servi à rien si ce n'est à bétonner le pays.

    c'est pourquoi le vrai danger est la déflation, un danger mortel pire que la dette et suicidaire pour les pays de la zone Euro.

    Gageons, que le successeur de Draghi, si d'aventure les partis eurosceptiques ne prennent pas le pouvoir , calmera les ardeurs souverainistes avec de l'Helicopter Money en direction des menages et des entreprises afin que tout ce monde puisse CONSOMMER en disant merci l'EURO

    relire ma note visionnaire du 28 12 2008 plus de dix ans j'annonçai la couleur les taux zéro et la suite

    http://necronomie.blogspirit.com/archives/tag/stagdéflation/index-14.html

     

    PS vous le noterez, je suis hyperpositif aujourd'hui...des opiacés ne point trop abuser...

     

  • commentaires

     

     

     

     

    consomation,guy debord, commentaires,societe du spectacle,crise,euro,fin de l histoire"Cette démocratie si parfaite fabrique elle même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut en effet être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L'histoire du terrorisme est écrite par l'Etat, elle est donc éducative.

    Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable en tous cas plus rationnel et plus démocratique."

    Guy Debord

    Commentaires sur la société du spectacle 1988

  • La Bérézina et la retraite de Maastricht

     

    Cette fois, c'est parti...envolée du chômage, chute de la conso et des recettes publicitaires, chute des investissements, une prévision de croissance en 2013 de 1% que l'on devrait ramener à zéro par pudeur puisque l'on ne veut pas évoquer le retour en récession rebaptisé croissance négative ...Et puisqu'il n'existe pas de miracle économique, l'unique sortie de crise qui nous est proposée : La marche forcée vers le fédéralisme dans une Europe où le repli identitaire n'a jamais été aussi grand et où les citoyens du marché redécouvrent la protection du socle de la nation, rangée, il y a encore quelque années au rang de concept pour peuple mélancolique ou nostalgique du « c'était mieux avant »

     

    Selon un sondage réalisé auprès de 4.000 personnes en Allemagne, en France, en Espagne et en Italie, 78% des allemands, 65% des Français, 51% des Espagnols et 49% des Italiens souhaitent une sortie de la Grèce de la zone euro. Une grande majorité dans les quatre pays, qui représentent 254 millions d'habitants, s'attend à ce que la Grèce ne rembourse jamais ses créanciers internationaux.

     

    On remarquera au passage que plus les gens perçoivent l'imminence de la chute de leur propre pays, plus ils sont indulgents avec les grecs...

     

    En gros, aucun pays ne souhaite payer pour les autres et c'est chacun pour soi derrière le paravent national.

    La marche forcée vers le fédéralisme ressemble de plus en plus à la Bérézina.