Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

futur - Page 2

  • GAMESTOP

    gamestop.jpg

     

     

     

     

    https://www.lci.fr/economie/etats-unis-bourse-apres-gamespot-la-rebellion-des-petits-porteurs-n-a-pas-fini-de-secouer-wall-street-2177139.html

    Qu'ils soient furieux ou inspirés par les méfaits de Wall Street, les membres de reddit / WallStreetBets reprennent le flambeau d'Occupy Wall street,Par malice vertueuse, les affiches du forum d'investissement irrévérencieux ont fait monter le cours de l'action de GameStop - la chaîne de vente au détail de jeux vidéo - en flèche ce mois-ci dans une tentative incendiaire de brûler des fonds spéculatifs en vendant à découvert les actions de la société. L'un de ces fonds, Melvin Capital, a subi des pertes si graves - de l'ordre de 30% - que d'autres fonds l'ont renfloué à hauteur de près de 3 milliards de dollars.

     

    En d'autres termes, en utilisant les moyens sur Reddit, les actions de ces rebelles visent à tirer de courtes pressions pour tuer les hedge funds, un par un - en réalisant de gros profits dans le processus. Hier, par exemple, un rédacteur a publié une capture d'écran de son portefeuille qui prétendait montrer qu'il avait transformé 50 000 $ en plus de 22 millions de dollars en prenant une position longue agressive sur GameStop. D'autres, jouant de la même manière sur le marché, ont affirmé avoir acquis la capacité de payer des factures de vétérinaire et de rembourser les dettes des étudiants. C'est une façon sauvage de redistribuer la richesse du 1% au 99%.

     

    Coincés à la maison, à court d'argent et à court de tolérance pour les gros chats à but lucratif, les investisseurs quotidiens prennent de gros risques - c'est-à-dire le jeu - pour s'en tenir à Wall Street avec un petit avant-goût de sa propre médecine. ("C'est contre nature, insensé et dangereux", a déclaré Michael Burry - joué par un Christian Bale déséquilibré dans The Big Short.) Tout cela fait partie d'un jeu de poke-the-bear émouvant - du moins, aussi longtemps comme cela dure. En attendant, alors que Wall Street transpire à travers son costume, laissez les gens regarder et rire.

    Netflix va en faire un film

     

  • Mort à Venise

    mort-a-venise-affiche_13034_14822.jpg

     

    Comme dit mon ami Marcel la feignasse : nous sommes dans mort à Venise sauf qu’on est pas à Venise et que coté carnaval, on a que des masques ffp2. Y a pas non plus de beau giton pour attirer nos regards…parce coté giton, Macron, c’est pas ça…

    Mort à Venise le court roman de Thomas Mann adapté au cinéma par le maestro Visconti conte l’histoire de l’effondrement d’un monde obsolète, fané, qui depuis longtemps est entré dans un dysfonctionnement qui n’attend que son ultime exécuteur, le virus mortel, pour l’aider à se régénérer sur les escaliers primaires, de la jeunesse et des idéaux oubliés. Cette mort collective a eu lieu à Venise, et pas seulement (Naples, Marseille, Toulouse, Dijon, etc.), respectivement au début et à la fin du XVIIe siècle, récoltant des centaines de milliers d’âmes dans certaines des plus opulentes villes européennes.

    Il ne s’agit plus cette fois de choléra mais de coronavirus et que le monde d’après la bulle verte ou le Grand Reset n’est pas du tout certain de recueillir l’adhésion d’une grande partie de la population notamment des plus démunis qui éprouvaient déjà les pires difficultés à survivre dans le monde d’hier. Passer de Lidl à Bio c bon n’est pas une mince affaire. Et, ce n’est pas en méprisant les gens et en les culpabilisant que l’on va y arriver. On a pu s’en rendre compte avec les propos de la REM concernant les fumeurs de Gitane qui roulent en diésel.

    La production de « rebut humain », ou plus exactement d’humains mis au rebut « en surnombre » et « redondants », c’est-à-dire la population de ceux qui ne pouvaient pas (ou que l’on ne souhaitait pas reconnaître ou autoriser à) rester est un résultat inévitable de la modernisation. C’est un corollaire incontournable de la construction de l’ordre  (chaque ordre rejette une certaine partie de la population existante comme étant « incapable », « pas à sa place » ou « indésirable ») et du progrès économique qui ne peut procéder sans dégrader et dévaluer les possibilités, autrefois efficaces, de « gagner sa vie » et par conséquent ne peut que priver ceux qui les utilisaient comme moyens de subsistance.

    La nature non régulée, élémentaire et politiquement incontrôlée des processus de globalisation a eu pour résultat la pandémie. Une grande partie de la capacité de pouvoir jadis logée dans les États modernes souverains a été transférée. D’où le sentiment d’alarme à propos de la détérioration de la sécurité, ce qui amplifie les causes déjà abondantes de « peurs sécuritaires » tout en déplaçant simultanément les problèmes publics et les issues à l’anxiété individuelle, vers les racines sociales et économiques de ces difficultés et vers des questions de sécurité sanitaire personnelle. À son tour, le bioplotique se développant devient rapidement l’une des branches principales de la production de rebut et le facteur qui revêt la plus haute importance dans le problème de mise au rebut.

    En cela le coronavirus est l’allié objectif du capital.

  • La valeur de RIEN

    valeur.jpgDécidément Macron est obsédé par le RIEN. « Dans les gares on croise des gens qui réussissent et d'autres qui ne sont RIEN" hier c’était il n’y a que ceux qui ne font RIEN qui ne font pas d’erreurs

    Petit rappel philosophique avec mon ami Marcel la feignasse qui a accepté de répondre à mes questions. Une interview confinée puisque Marcel Squatte chez moi. Pour ceux qui prenne le train en marche, Marcel est le Président de l’inaction française, mouvement, je sais pas si on peut appeler ça un mouvement puisqu’il s’agit de ne rien faire. Refus d'être un agent économique, refus d'être marketyrisé.

    JP : Marcel, peux-tu te définir en quelques mots ?

    Marcel : Je ne suis RIEN, je ne possède RIEN, je suis un bon à RIEN et je suis fier de ne RIEN faire.

    JP : Peux-tu expliquer à notre Président les vertus du RIEN ?

    Marcel : Le RIEN, c’est l’absence d’empêchement avec le fait de se soustraire à l’absence d’empêchement. Le RIEN est parfait. . C’est aussi ne pas subir d’oppression. Le RIEN est tout à fait positif et renvoie pour moi à une expansion, un épanouissement et à la liberté à la fois politique, biologique et physique.

    JP : Le RIEN est parfait ?

    Le RIEN est une pure négation que le sujet doit arracher à ce qui le bloque ou le contraint s’il veut vraiment être un sujet, un sujet de sa liberté, d’une liberté qu'il s’approprie et qui se constitue donc comme une propriété subjective. Le RIEN est ainsi entendu comme ce qui rend le sujet propriétaire de lui-même 

    JP : oh la Marcel, c’est du haut niveau de la philosophie ce que tu nous sors là !

    Marcel : Un RIEN au carré : le RIEN multiplié et en même temps englouti par le RIEN. Cela signifie qu’il y a au moins deux signifiés, ou deux niveaux, du RIEN, qui doivent être distingués, malgré — et dans — leur apparente coïncidence. Alors que le premier, comme on l’a vu, est celui de la relation — la lacune, ou l’espacement, qui fait de l’être commun non un être mais un rapport —, le second est au contraire celui de sa dissolution : la dissolution de la relation dans l’absoluité du sans-rapport.

    JP : Euh…Marcel, tu pourrais donner un exemple plus concret pour nos lecteurs ?

    Marcel : Prenons l’exemple d’une cruche dans laquelle on met du liquide. Le Liquide tombe alors dans la cruche vide. Le vide est dans le récipient ce qui contient le vide, ce qui dans la cruche n’est RIEN  voilà ce qu’est la cruche en tant qu’elle est un vase, un « contenant.» L'essence de la chose est donc son néant. Le RIEN magique sans lequel aucune opération n’est pas possible

     

    JP : Honnêtement Marcel je n’ai RIEN compris à ce que tu racontes….

    Marcel : ça veut dire que tu vas mieux, tu es encore quelque chose à cause du conditionnement dont tu as été victime dès ta naissance mais bientôt tu seras mon égal : RIEN.