Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mutation - Page 4

  • Moment Minsky et Helicopter Money

     

    crise,mutation,moment minsky,helicopter money,recession,tres grande depression,fin capitalisme;futurLe moment Minsky est une théorie developpé par l’économiste Hyman Minsky.
    Pour mieux illustrer ce "moment", Krugman le prix Nobel d’économie utilise le dessin animé Bipbip : le "Moment Minsky", c'est quand le pauvre coyote se rend compte qu'il court au-dessus du vide, juste avant de chuter au fond du canyon. C’est précisément ce qui est en train de se passer avec les bourses qui se souviennent que les gens sont mortels et surtout le consommateur. Les bourses s’écroulent à une vitesse qui ne trouve d’équivalent qu’en 1928 lors de première Très Grande Dépression. Si vous lisez ce blog depuis un certain temps, vous savez que j’ai toujours dit qu’il n’y aurait pas de mutation sans dépression.
    Nous y sommes…

    Cela fait aussi longtemps, que je vous parle de l’helicopter money, la distribution de cash gratuit à tous les citoyens. Nous nous en approchons. A Hong Kong, c’est parti pour contrecarrer l’impact du coronavirus, tous les habitants vont recevoir 1180 euros. Rien foutre et être payé…on a sauvé les banques, il faut maintenant sauver les consommateurs en espérant qu’ils n’épargnent pas…La politique de l’offre ne suffit plus, il faut sauver la demande…

    Pendant ce temps les bourses s’écroulent à une vitesse qui ne trouve d’équivalent qu’en 1928 lors de première Très Grande Dépression. Si vous lisez ce blog depuis un certain temps, vous savez que j’ai toujours dit qu’il n’y aurait pas de mutation sans dépression.
    Nous y sommes…

     

  • Crimes et châtiments

     

     

    krisis,crimes,crise,mutation,retraite par capitalsaition,futur,Les mots « CRIME » ET « CRISE » partagent la même étymologie. Les deux proviennent du grec krisis qui signifie « jugement, sélection, séparation ». On définit une crise comme une situation dans laquelle les normes traditionnelles perdent leur emprise sur la réalité, alors que les nouvelles normes ne sont pas encore en vigueur. Lorsqu'il y a crise, donc, la loi naturelle ne règne plus et le crime se propage.
    Faire porter la responsabilité de la crise aux victimes fait partie du jeu : vous êtes coupables de ne pas être capables de vous soumettre. vous subirez donc le chantage de la dette et la tyrannie de l'austérité.
    De la même manière, la « confiance », mot magique de toute crise financière, répété comme une incantation par tous les larbins de l’économie de la dette (journalistes, économistes, hommes politiques, experts), n’est pas seulement garantie par l’énonciation ; elle a besoin de gages corporels et incorporels.
    Dans l’économie de la dette, vous êtes condamnés à devenir capital humain ou entrepreneur de soi. Ce qui signifie assumer les coûts et les risques d’une économie flexible et financiarisée, coûts et risques qui ne sont pas seulement, loin s’en faut, ceux de l’innovation, mais aussi et surtout ceux de la précarité, de la pauvreté, du chômage, des services de santé défaillants, de la pénurie de logements, etc. « Faire de soi-même une entreprise » signifie se charger de la pauvreté, du chômage, de la précarité, du revenu du RSA, des bas salaires, des retraites amputées, etc., comme s’ils étaient des « ressources » et des « investissements » de l’individu à gérer comme un capital, « son » capital .
    Dans ce cadre la retraite par capitalisation présente deux avantages :
    - Renflouer les banquiers et les assureurs
    - Transférer la responsabilité de l’épargne ou de l’incapacité d’épargner sur les individus.
    Joli crime sur les plus démunis !!!

  • Cocorico

    Les économistes de la chronique Agora découvrent aujourd'hui avec 10 ans de retard sur nous la Japonification

    La japonification du monde

    Le terme japonification a un sens.

    Il s'est imposé au fil des ans, ou plus exactement au fil des décennies !

    La japonification, c'est l'état de stagnation économique très prolongé, de longue et très longue durée, produit par des politiques idiotes qui consistent non pas à traiter les problèmes, mais à les repousser dans le futur tout en faisant semblant de les traiter. Tout est résumé dans l'expression anglo-saxonne "extend and pretend", c'est-à-dire "étendre et prétendre".

    La japonification, ce n'est bien sûr pas de l'économie ; c'est de la géopolitique, du politique, du social et du culturel. Dans la japonification, les élites dirigeantes font semblant de se préoccuper de l'intérêt général, de l'intérêt public mais en réalité elles mènent une politique de préservation d'un ordre social – plus précisément, de l'ordre social qui leur est favorable.

    Les élites japonaises sont arc-boutées sur la préservation de l'ordre établi, lequel ordre est en même temps celui voulu par les Etats-Unis puisque le Japon est un protectorat américain et que ses partis politiques sont quasi-totalement inféodés aux Etats-Unis. Le Japon et la Corée du Sud sont les boucliers avancés des Etats-Unis pour contenir la Chine.

    voir mon interview de 2010 à la sorte de Crise et Mutation

    https://www.youtube.com/watch?v=MNd-TK_wM2Q

     

    Et toujours en vente dans les bonnes pharmacies

    https://www.amazon.fr/Crise-mutation-temps-séconomise-Nouveau-ebook/dp/B01BE88M9C