Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NECRONOMIE

  • Et la suite ?

                       

    L’inflation fait maintenant la une des journaux du monde entier, et pour cause. Les prix de plus en plus de biens et de services augmentent d’une manière jamais vue depuis des décennies. Ce pic inflationniste, accompagné de pénuries d’approvisionnement réelles et redoutées, alimente l’anxiété des consommateurs et des producteurs. En menaçant également d’aggraver les inégalités et de faire dérailler une reprise économique soutenue et inclusive indispensable à la pandémie de COVID-19, cela devient également un problème politique brûlant.



    Premier scénario

    L' inflation est temporaire et du au goulot d'etranglement d'approvisonnement. La croissance va s'accélerer et l inflation baisser.Dans les actions, il y aurait une rotation des États-Unis vers les marchés étrangers (Europe, Japon et marchés émergents) et des valeurs de croissance, technologiques et défensives et vers les valeurs cycliques.

    C'est le scenario de Wall street, des banquiers centraux donc des gouvernements

    le scénario panglossien (d'un optime forcené)


    Deuxieme scénario

    implique une «surchauffe». Ici, la croissance s'accélérerait à mesure que les goulets d'étranglement de l'offre seraient levés, mais l'inflation resterait obstinément plus élevée, car ses causes ne seraient pas temporaires. L'épargne non dépensée et la demande refoulée étant déjà élevées, la poursuite de politiques monétaires et budgétaires ultra accommodantes stimulerait encore plus la demande globale. La croissance qui en résulterait serait associée à une inflation persistante au-dessus de l'objectif, réfutant la croyance des banques centrales selon laquelle les hausses de prix ne sont que temporaires. Dans ce cas, une correction des marchés financiers seraient à attendre





    Troisieme scénario

    le scénario nécronomique

    Un troisième scénario est la stagflation continue, avec une inflation élevée et une croissance beaucoup plus lente à moyen terme. Dans ce cas, l'inflation continuerait d'être alimentée par des politiques monétaires, de crédit et budgétaires accommodantes. Les banques centrales, prises au piège de la dette par des ratios d'endettement publics et privés élevés, auraient du mal à normaliser les taux sans déclencher un krach des marchés financiers.

    Quatrième scénario

    Le dernier scénario serait celui d'un ralentissement de la croissance. L'affaiblissement de la demande globale s'avérerait non seulement une peur transitoire, mais un signe avant-coureur de la nouvelle normalité, en particulier si les mesures de relance monétaire et budgétaire sont retirées trop tôt. Dans ce cas, une demande globale plus faible et une croissance plus lente entraîneraient une baisse de l'inflation, les actions se corrigeraient pour refléter les perspectives de croissance plus faibles

    Mais à moyen terme, alors que divers chocs d'offre négatifs persistants frappent l'économie mondiale, nous pourrions nous retrouver avec une stagflation ou une surchauffe bien pire qu'une légère stagflation : une stagflation totale avec une croissance beaucoup plus faible et une inflation plus élevée. Les banques centrales à s'adapterait à l'inflation, plutôt que de la combattre et de risquer un krach économique et boursier

                                                

  • Chronique du ghetto Des zombies dans une ville fantôme

    Marcel

    marcel.png

     

     

     

    Coralie Dubost agressée !!!

    Il faut qu'elle vienne faire un stage ici...

    Règle numéro 1

    Regard circulaire, s assurer qu'on est pas suivi...

    Je vous avais promis une chronique du ghetto, la voici...



    Imaginez, nous étions déja un quartier de sécurité prioritaire caméra partout puisque les flics ne viennent pas ou en grand nombre...bref et merci Hidalgo, Lallemant, Darmanin qui nous ont déversé les crackers qui sont au moins 400. Le mur ayant été construit soi-disant pour nous protéger. 

    La déchetterie des exclus de la mondialisation. Moi après l'épisode du Mur de la Honte construit en une nuit, je m 'attends qu'en plus du pass sanitaire, on nous demande un sauf conduit pour aller à Paris.

    Bon sinon les crackers sont pas tous dangereux tellement ils n'appartiennent plus à la terre. Un grand nombre ne sait même pas où il se trouve ou tient des propos incohérent. Ce qui est chiant c'est qu'ils descendent sur les rails du métro. Bon, pour le reste y a eu l'épisode de l'homme au cutter mais bien que surexcité, il n'a pas pu éviter une énorme mandale main ouverte de Marcel la Feignasse, Président de l'inaction française...Je suis intervenu au moment où Marcel lui écrasait la tête contre le coin du caniveau. Lorsque je lui ai demandé les raisons de son acharnement, Marcel m'a dit qu'il avait fait peur au chat qui était à la fenêtre. Marcel est un grand défenseur de la cause animale....

    Donc pour l'instant, c'est plutôt les crackers qu'il faut protéger...

    A mon avis, il ne portera pas plainte. Ici on est pas à Paris, on est chez les barbares et en plus manque de pot pour lui, il est direct tombé sur Marcel le roi barbare qui déteste qu'on l'agresse quand il va chercher des bières religieusement.

    Sinon, il y a eu quand même un impact au niveau économique. Le supermarché a changé ses horaires en raison de la crise sociale. C'est ce qu'il y a marqué sur leurs affiches. Les caissières avaient peur de rentrer tard. Du coup, j'ai pu valider pleinement notre théorie préférée depuis la création de ce blog en 2007, la théorie du consommateur zombie. Le cracker est la forme la plus aboutie du consommateur zombie. Ils se baladent dans les linéaires en répétant des noms de rues où ils doivent se rendre sans même se rendre compte qu'ils sont dans un supermarché.

    Pas très loin du quartier, on avait un mégacentre commercial baptisé le Millénaire. Il n'y a plus que le carrefour qui est ouvert et qui en plus a vu baisser fortement son chiffre d'affaire depuis le pass sanitaire. Toutes les autres boutiques sont fermées. A la Villette c'est idem, les boutiques sont fermées. Et cela va devenir définitif dans le contexte actuel.

    Des zombies dans une ville fantôme....

    JP Prince en exil

  • Un résume nécronomique

     

    La nécronomie fait son chemin. De plus en plus de gens comprennent

    ci dessous un texte du philosophe Fabio Vighi qui épouse nos analyses

    Un an et demi après l’émergence du virus, certains se demandent pourquoi les élites dirigeantes par ailleurs sans scrupules ont décidé de geler la machine à profit mondiale face à un agent pathogène qui frappe presque exclusivement les improductifs (plus de 80 ans). Pourquoi tout ce zèle humanitaire ? Cui bono? Seuls ceux qui ne connaissent pas les merveilleuses aventures de GloboCap peuvent se livrer à l’illusion que le système a choisi de rester immobile par pitié. Soyons clairs d’emblée : l’humanité va vers les grands prédateurs du pétrole, des armes et des vaccins. sur.

    La piste de l’argent

    Dans les mois qui ont précédé le Covid, l’économie mondiale était au bord d’un autre effondrement gigantesque. Voici une brève chronique de la façon dont la pression s’est accumulée:

    Juin 2019 : Dans son rapport économique annuel, la Banque des règlements internationaux (BRI), basée en Suisse, la « banque centrale de toutes les banques centrales », sonne l’alarme internationale. Le document met en évidence la « surchauffe [sur le marché des prêts à effet de levier, où « les normes de crédit se sont détériorées » et où « les obligations de prêt garanties (CLO) ont grimpé en flèche – ce qui rappelle la forte augmentation des titres de créance garantis [CDO] qui a exacerbé la crise des subprimes [en 2008] ». En termes simples, le ventre de l’industrie financière est une fois de plus plein de déchets.

    9 août 2019 :La BRI publie un document de travail appelant à des « mesures de politique monétaire non conventionnelles » pour « protéger l’économie réelle d’une nouvelle détérioration de l’environnement financier ». Le document indique que pendant une crise, les prêts des banques centrales peuvent « remplacer les banques commerciales dans les prêts aux entreprises » en offrant « des prêts directs à l’économie ».

    15 août 2019:Blackrock Inc., le fonds commun de placement le plus puissant au monde (il gère environ 7 billions de dollars de fonds d’actions et d’obligations), publie un livre blanc intitulé« Faire face au prochain ralentissement ». En substance, il demande à la Réserve fédérale américaine d’injecter des liquidités directement dans le système financier afin d’éviter « un ralentissement dramatique ». Encore une fois, le message est sans équivoque : « Lorsque la politique monétaire est épuisée et que la politique économique seule ne suffit pas, une réponse sans précédent est nécessaire. Cette réponse inclura probablement une approche« directe »:« trouver des moyens de mettre l’argent de la banque centrale directement entre les mains de prêteurs publics et privés » tout en évitant « l’hyperinflation ». Les exemples incluent la République de Weimar dans les années 1920 et l’Argentine et le Zimbabwe plus récemment.

    22-24 août 2019: Les banquiers centraux du G7 se réunissent à Jackson Hole, dans le Wyoming, pour discuter du document BlackRock et des mesures urgentes pour prévenir l’effondrement imminent. Selon les paroles prophétiques de James Bullard,président de la Réserve fédérale de Saint-Louis, « Nous devons dire adieu à l’idée que l’année prochaine, tout reviendra à la normale. »

    15-16 septembre 2019: Le ralentissement est officiellement initié par une hausse soudaine des taux de prise en pension (de 2% à 10,5%). « Repo » est l’abréviation de « Repurchase Agreement », un contrat dans lequel les fonds d’investissement prêtent de l’argent en échange de garanties (généralement des obligations d’État). Au moment de l’échange, les acteurs financiers (banques) s’engagent à racheter les actifs à un prix plus élevé, généralement du jour au lendemain. En bref, les pensions sont des prêts garantis à court terme. Ils sont la principale source de financement pour les traders sur la plupart des marchés, en particulier sur les marchés des produits dérivés. Un manque de liquidité sur le marché des prises en pension peut avoir un effet domino dévastateur sur tous les principaux secteurs financiers.

    17 septembre 2019:La Fed lance le programme de politique monétaire d’urgence, injectant des centaines de milliards de dollars à Wall Street chaque semaine, exécutant efficacement le plan« Going Direct »de BlackRock. (Sans surprise, en mars 2020, la Fed demande à BlackRockde gérer le renflouement en réponse à la « crise du COVID-19 »).

    19 septembre 2019:Donald Trump signe le décret exécutif 13887,qui établit un groupe de travail national sur le vaccin antigrippal dont l’objectif est d’élaborer un « plan national sur 5 ans pour promouvoir l’utilisation de technologies de fabrication de vaccins plus flexibles et évolutives et accélérer le développement de vaccins qui protègent contre beaucoup ou tous les virus de la grippe ». Il s’agit de contrer une « pandémie de grippe », qui « contrairement à la grippe saisonnière [...] a le potentiel de se propager rapidement à travers le monde, infectant un plus grand nombre de personnes et provoquant des taux élevés de maladies et de décès dans les populations qui ne sont pas immunisées. Comme certains l’ont déjà soupçonné,la pandémie était imminente, et des préparatifs étaient également en cours en Europe (voir ici et ici).

    18 octobre 2019: À New York, Event 201,un exercice stratégique coordonné par le Johns Hopkins Biosecurity Center et la Fondation Bill et Melinda Gates, simule une pandémie zoonotique mondiale.

    21-24 janvier 2020: La réunion annuelle du Forum économique mondial a lieu à Davos, en Suisse, où l’économie et les vaccinations sont discutées.

    23 janvier 2020: La Chine impose un couvre-feu à Wuhan et à d’autres villes de la province du Hubei.

    11 mars 2020 : Le Directeur général de l’OMS qualifie le Covid-19 de pandémie.
    Le reste appartient à l’histoire.

    Relier les points est un exercice simple. Si nous le faisons, nous pourrions voir un récit parfaitement conçu, dont le résumé en bref est le suivant: Les confinements et la suspension mondiale des transactions économiques devraient

    1. permettre à la Fed d’inonder les marchés financiers en difficulté avec de l’argent fraîchement imprimé tout en retardant l’hyperinflation; et

    2. Introduire des programmes de vaccination de masse et des passeports de santé comme piliers d’un régime néo-féodal d’accumulation capitaliste.

    Comme nous le verrons, les deux objectifs fusionnent en un seul.

    En 2019, l’économie mondiale a été en proie à la même maladie qui a causé la crise du crédit en 2008. Il a suffoqué sous une montagne insoutenable de dettes. De nombreuses sociétés cotées en bourse n’ont pas pu faire suffisamment de profits pour couvrir les paiements d’intérêts sur leurs propres dettes et ne se sont maintenues à flot qu’en sous-faisant de nouveaux prêts. Le nombre d'« entreprises zombies »(avec une rentabilité en baisse annuelle, des ventes en baisse, de faibles marges bénéficiaires, des flux de trésorerie limités et des bilans très endettés) a augmenté partout. L’effondrement du marché des prises en pension en septembre 2019 doit être replacé dans ce contexte économique fragile.

    Lorsque l’air est saturé de substances inflammables, toute étincelle peut déclencher une explosion. Et dans le monde magique de la finance, un seul battement d’ailes de papillon dans un secteur particulier peut faire tomber tout le château de cartes. Sur les marchés financiers alimentés par le crédit bon marché, toute hausse des taux d’intérêt est potentiellement catastrophique pour les banques, les fonds spéculatifs, les fonds de pension et l’ensemble du marché des obligations d’État, car le coût de l’emprunt augmente et la liquidité s’assèche. C’est exactement ce qui s’est passé lors de

    la « ré-apocalypse » de septembre 2019 : les taux d’intérêt sont montés à 10,5 % en quelques heures, et la panique a éclaté, affectant les contrats à terme, les options, les devises et d’autres marchés où les traders parient sur des prêts à partir de repos. La seule façon de désamorcer la contagion était d’injecter autant de liquidités dans le système que nécessaire – comme des hélicoptères larguant des milliers de litres d’eau sur un feu de forêt. Entre septembre 2019 et mars 2020, la Fed injecte 
    plus de 9 000 milliards de dollars dans le système bancaire, soit plus de 40% du PIB américain.

    Le discours dominant devrait donc être inversé : le marché boursier ne s’est pas effondré (en mars 2020) parce que des confinements ont dû être imposés ; au contraire, des confinements ont dû être imposés parce que les marchés financiers se sont effondrés.
    Les confinements ont entraîné un arrêt des activités, ce qui a réduit la demande de crédit et mis fin à la panique. En d’autres termes, la restructuration de l’architecture financière par une politique monétaire extraordinaire présupposait que le moteur de l’économie était fermé. Si l’énorme quantité de liquidités injectées dans le secteur financier avait atteint les opérations locales, un tsunami monétaire aurait été déclenché avec des conséquences catastrophiques.

    Comme l’affirme l’économiste Ellen Brown,il s’agissait d’un « autre renflouement », mais cette fois « sous le couvert d’un virus ». De même, John Titus et Catherine Austin Fitts ont noté que la « baguette magique » appelée Covid-19 a permis à la Fed de mettre en œuvre le plan« aller-droit »de BlackRock. Il a acheté des obligations d’État à une échelle historique proverbiale et a en même temps émis des « prêts COVID » anoynés par l’État à des entreprises à une échelle négligeable.
    En bref, seul un 
    coma économique artificiel pourrait donner à la Fed la marge de manœuvre pour désamorcer la bombe à retardement dans le secteur financier. Dans l’ombre de l’hystérie de masse corona, la banque centrale américaine a colmaté des trous sur le marché du crédit interbancaire, échappant ainsi à l’hyperinflation ainsi qu’au « Conseil de surveillance de la stabilité financière » (l’agence fédérale créée après l’effondrement de 2008), comme décrit ici. Cependant, le projet d’aller directement doit aussi être considéré comme une mesure de désespoir, car il ne peut que prolonger l’agonie d’une économie mondiale qui devient de plus en plus otage de la planche à billets et de l’inflation artificielle des actifs financiers.

    Le cœur de notre dilemme réside dans une impasse structurelle désespérée : la financiarisation par la dette est la seule ligne de fuite du capitalisme d’aujourd’hui, la voie de fuite inévitable pour un modèle reproductif qui a atteint sa limite historique. Le capital fuit vers les marchés financiers parce que l’économie basée sur le travail est de moins en moins rentable. Comment en est-on arrivé là ?

    La réponse peut être résumée comme suit :

    1. La création de plus-value en tant qu’objectif économique est la force motrice à la fois pour exploiter la main-d’œuvre et pour la bannir du processus de production. C’est ce que Marx appelait la «contradiction mobile» du capitalisme1 , qui est l’essence de notre mode de production, mais aujourd’hui il se retourne contre nous et transforme l’économie politique en un mode de dévastation permanente.

    2. La raison de ce tournant du destin est l’échec objectif de la dialectique entre le travail et le capital : l’accélération sans précédent de l’automatisation technologique depuis les années 1980 a conduit à plus de force de travail expulsée de la production qu’à (ré)entreprise. La diminution du volume des salaires signifie que le pouvoir d’achat d’une partie croissante de la population mondiale diminue, ce qui conduit inévitablement à la dette et à la misère.

    3. Comme moins de plus-value est produite, le capital cherche des rendements immédiats dans le secteur financier endetté plutôt que dans l’économie réelle ou en investissant dans des domaines socialement constructifs tels que l’éducation, la recherche et les services publics.

    L’essentiel est que le changement de paradigme est la condition nécessaire à la survie (dystopique) du capitalisme, qui n’est plus capable de se reproduire à travers le travail salarié de masse et l’utopie de consommation associée. L’agenda pandémique a finalement été dicté par l’implosion systémique : la baisse de rentabilité d’un mode de production rendu obsolète par l’automatisation avancée. Pour cette raison intrinsèque, le capitalisme est de plus en plus dépendant de la dette nationale, des bas salaires, de la centralisation de la richesse et du pouvoir, d’un état d’urgence permanent et d’acrobaties financières.

    Si nous « suivons la piste de l’argent », nous verrons que la destruction de l’économie, qui est attribuée au virus contre une meilleure connaissance, a eu un effet indéniable, à la fois dans le domaine de la reprogrammation de la société, mais aussi dans le domaine de la redistribution des valeurs financières de bas en haut. Je voudrais souligner brièvement quatre aspects
    En 2020, la richesse des 2 200 milliardaires a augmenté de près de 2 000 milliards de dollars.
    1. Comme prévu, il a permis à la Fed de réorganiser le secteur financier en imprimant un flux sans fin de milliards de dollars à partir de rien;

    2. elle a accéléré l’extinction des petites et moyennes entreprises et permis aux grandes entreprises de monopoliser les flux commerciaux;

    3. il a encore fait baisser les salaires et permis d’importantes économies de capital grâce au « travail intelligent » (ce qui est particulièrement intelligent pour ceux qui le mettent en œuvre);

    4. Il a permis la croissance du commerce électronique, l’explosion des Big Tech et la propagation du dollar pharmaceutique – y compris l’industrie du plastique tant décriée, qui produit maintenant des millions de nouveaux masques faciaux et gants chaque semaine, dont beaucoup finissent dans les océans (pour le plus grand plaisir des disciples du « Green New Deal »).

    Rien qu’en 2020, la richesse des quelque 2 200 milliardaires de la planète a augmenté de 1,9 billion de dollars – une augmentation sans précédent dans l’histoire. Tout cela grâce à un agent pathogène si mortel que, selon les chiffres officiels, seulement 99,8% des personnes infectées survivent (voir ici et ici),la plupart d’entre elles complètement asymptomatiques.

    Rendre le capitalisme différent

    Le motif économique du thriller Covid doit être replacé dans un contexte plus large de changement social. Si vous grattez la surface du récit officiel, un scénario néo-féodal prend forme: des masses de consommateurs de plus en plus improductifs sont réglementés et rejetés parce que M. Global ne sait plus quoi en faire. Avec les sous-employés et les marginalisés, les classes moyennes appauvries sont maintenant un problème à résoudre avec le bâton des confinements, des couvre-feux, des vaccinations de masse, de la propagande et de la militarisation de la société, plutôt que la carotte des objectifs de carrière, de la consommation, de la démocratie participative, des libertés sociales (qui, dans l’imaginaire collectif, ont été remplacées par les droits civils des minorités) et des « vacances bien méritées ».

    Il est donc illusoire de croire que le confinement a un but thérapeutique ou humanitaire. Quand le capital s’est-il jamais soucié du sort des gens ? L’indifférence et la misanthropie sont les caractéristiques typiques du capitalisme, dont la seule véritable passion est le profit et le pouvoir qui lui est associé. Aujourd’hui, le pouvoir capitaliste peut se résumer au nom des trois plus grands fonds d’investissement au monde : BlackRock, Vanguard et State Street Global Advisor. Ces géants, qui sont au centre d’une vaste galaxie de sociétés financières, gèrent une valeur équivalente à près de la moitié du PIB mondial et sont les principaux actionnaires d’environ 90% des sociétés cotées en bourse. Autour d’eux se trouvent des institutions transnationales telles que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, le Forum économique mondial, la Commission trilatérale et la Banque des règlements internationaux, dont la tâche est de coordonner le consensus au sein du cosmos financier. Nous pouvons supposer que toutes les grandes décisions stratégiques – économiques, politiques et militaires – sont au moins fortement influencées par ces élites. Ou voulons-nous croire que le virus les a pris par surprise? Au contraire, le SARS-CoV-2 – qui, comme l’admettent le CDC et la Commission européenne, n’a jamais été isolé ou purifié – est le nom d’une arme spéciale de guerre psychologique utilisée au moment où les besoins sont les plus grands.

    Pourquoi devrions-nous faire confiance à un cartel méga-pharmaceutique (l’OMS) qui n’est pas responsable de la « santé publique » mais de la commercialisation mondiale de produits privés aux prix les plus rentables possibles ? Les problèmes de santé publique sont dus à des conditions de travail misérables, à une mauvaise nutrition, à la pollution de l’air, de l’eau et des aliments et, surtout, à la pauvreté endémique; pourtant, aucun de ces « agents pathogènes » ne figurent sur la liste des préoccupations humanitaires de l’OMS. Les énormes conflits d’intérêts et les enchevêtrements entre les capitalistes prédateurs pharmaceutiques, les autorités sanitaires nationales et supranationales et les forces de l’ordre politiques cyniques sont maintenant un secret de polichinelle. Pas étonnant que le jour où la COVID-19 a été désignée pandémie, le WEF s’est associé à l’OMS pour lancer la Plateforme d’action Covid, une coalition pour la « protection de la vie » dirigée par plus de 1 000 des entreprises privées les plus puissantes du monde.

    Pour la clique qui dirige l’Orchestre des urgences sanitaires, il s’agit de nourrir la machine à profit. Chaque étape est orientée dans ce sens et est assurée par le soutien d’une coalition opportuniste de la politique et des médias. Dans la même mesure où l’industrie de l’armement a besoin de guerres, l’industrie pharmaceutique a besoin de maladies. Ce n’est pas un hasard si la « santé publique » est de loin le secteur le plus rentable de l’économie mondiale, et si rentable que Big Pharma investit environ trois fois plus que Big Oil et deux fois plus que Big Tech dans le lobbying politique. La demande potentiellement infinie de vaccins et de préparations génétiques expérimentales offre aux cartels pharmaceutiques la perspective de profits presque illimités, surtout s’ils sont garantis par des programmes de vaccination de masse subventionnés par de l’argent public (c’est-à-dire par de nouvelles dettes qui nous tomberont sur la tête).

    Pourquoi toutes les approches de traitement du Covid ont-elles été criminalisées ou sabotées ? Comme l’admet librement la FDA,l’approbation d’urgence des vaccins n’est possible que s’il n’y a « pas d’alternatives appropriées, approuvées et disponibles ». La vérité est cachée dans l’évidence. De plus, la religion actuelle des vaccins est étroitement liée à la hausse du dollar pharmaceutique, qui prospère sur les « pandémies » et se prépare à répéter le succès du « pétrodollar »,permettant aux États-Unis de continuer à exercer une domination et une finance mondiales. Pourquoi injecter à toute l’humanité (y compris les enfants !) des « vaccins » expérimentaux aux effets secondaires de plus en plus inquiétants mais systématiquement minimisés alors que plus de 99% des personnes infectées sans symptômes se rétablissent ? La réponse est évidente : parce que les vaccins sont le veau d’or du troisième millénaire, tandis que l’humanité est sacrifiée comme cobayes de la « dernière génération ».

    Le veau d’or
    du troisième millénaire

    Dans ce contexte, la mise en scène du jeu du dupe de la pandémie réussit grâce à une manipulation de l’opinion publique jamais expérimentée auparavant. Tout « débat public » sur la pandémie est privatisé sans vergogne, ou plutôt, monopolisé par la croyance religieuse dans des organismes technico-scientifiques financés par les élites financières. Toute « discussion ouverte » est légitimée par l’adhésion à des protocoles pseudo-scientifiques qui ont été soigneusement libérés de tout contexte socio-économique : on « suit la science » et on prétend ne pas savoir que « la science suit l’argent ». La célèbre affirmation de Karl Popper selon laquelle la « vraie science » n’est possible que sous l’égide du capitalisme libéral dans ce qu’il a appelé une « société ouverte  est maintenant vraie dans l’idéologie de la mondialisation, qui est poussée en avant par l’Open Society Foundation de George Soros, entre autres. La combinaison de la « vraie science » et de la « société ouverte et inclusive » rend presque impossible de remettre en question de manière critique la doctrine Covid.

    Donc, pour covid-19, nous pourrions imaginer le programme suivant. Un récit fictif est créé sur la base d’un risque épidémique, qui est présenté de manière à promouvoir la peur et l’adaptation soumise. Très probablement, il s’agit d’une réévaluation diagnostique. Tout ce dont vous avez besoin est un virus de la grippe épidémiologiquement ambigu, auquel vous ajoutez une histoire agressive de contagion, se référant à des zones géographiques où les effets des maladies respiratoires ou vasculaires sont élevés chez les personnes âgées et immunodéprimées – éventuellement complété par une pollution lourde aggravante. Il n’est pas nécessaire d’inventer grand-chose car de nombreuses unités de soins intensifs dans les pays « développés » se sont effondrées dans les années précédant le Covid et les pics de mortalité étaient si élevés sans que personne n’ait pensé à inventer la quarantaine. En d’autres termes, les systèmes de santé publique étaient déjà délabrés et donc bien préparés au scénario catastrophe.

    Seulement cette fois, la folie a de la méthode: un état d’urgence est déclaré, ce qui déclenche une panique, ce qui conduit à son tour à la surpopulation des hôpitaux et des maisons de retraite (à haut risque d’infection). Des directives de traitement irresponsables sont émises et les soins médicaux sont interrompus. Et voilà,le virus tueur devient une prophétie auto-réalisatrice! La propagande qui fait rage dans les principaux centres de pouvoir financier (en particulier en Amérique du Nord et en Europe) est essentielle au maintien de « l’état d’urgence » (Carl Schmitt), qui est immédiatement accepté comme la seule forme possible de rationalité politique et existentielle. Des populations entières capitulent sous le bombardement massif des médias par l’autodiscipline et adhèrent avec un enthousiasme grotesque à des formes de « responsabilité civique », dans lesquelles la coercition collective s’habille sous le manteau de l’altruisme.

    L’ensemble du scénario de la pandémie, de la « contagion exponentielle » aux « décès Covid », est basé sur le test PCR approuvé pour la détection du SARS-CoV-2 par une étude menée en un temps record pour le compte de l’OMS. Comme on le sait maintenant, le manque de fiabilité diagnostique du test PCR a lui-même été certifié par son inventeur, le lauréat du prix Nobel Kary Mullis(malheureusement décédé le 7 août 2019), et n’a été confirmé que récemment par 22 experts de renommée internationale, entre autres, qui ont exigé son retrait en raison de lacunes scientifiques évidentes. De toute évidence, la demande est tombée dans l’oreille d’un sourd.

    Le test PCR est le moteur de la pandémie. Cela fonctionne à travers les tristement célèbres « cycles de reproduction »: plus les cycles sont conduits, plus les résultats faussement positifs (infections, décès Covid) sont produits, comme même Guru Anthony Fauci l’a imprudemment admis lorsqu’il a expliqué que les frottis de plus de 35 cycles ne valent rien. Comment se fait-il que pendant la pandémie, des amplifications de 35 cycles ou plus aient été régulièrement effectuées dans des laboratoires du monde entier? Même le New York Times – certainement pas un refuge de dangereux négationnistes du Covid – a soulevé cette question importante l’été dernier. Grâce à la sensibilité du frottis, la pandémie peut être allumée et éteinte comme un robinet, permettant à la junte de la santé d’exercer un contrôle total sur le « monstre numérologique » des cas de Covid et des décès – les principales œuvres de la terreur quotidienne – à tout moment.

    Cet alarmisme se poursuit aujourd’hui, bien que certaines mesures aient été assouplies. Pour comprendre pourquoi il en est ainsi, nous devrions revenir au motif économique. Comme mentionné précédemment, en quelques clics de souris, les banques centrales ont créé plusieurs billions de billions de monnaie nouvellement imprimée et l’ont injectée dans les systèmes financiers, où elles sont restées en grande partie. L’objectif de l’impression monétaire était de combler les dangereux déficits de liquidité qui s’étaient ouverts. La majeure partie de cette « monnaie d’arbre magique » est encore gelée dans le système du système bancaire parallèle, sur les bourses et dans divers systèmes de monnaie virtuelle qui ne sont pas destinés à être utilisés pour dépenser et investir. Leur fonction est exclusivement de fournir des prêts bon marché pour la spéculation financière. C’est ce que Marx appelait le « capital fictif », qui continue de s’étendre jusqu’à des sommets astronomiques où il n’est plus lié aux cycles économiques sur Terre.

    En fin de compte, tout cet argent ne doit jamais revenir dans l’économie réelle, où il conduirait à une surchauffe et à une hyperinflation. Comme il est bon qu’il y ait le virus, qui encore une fois fait du bon travail ici. Conçu à l’origine pour « isoler l’économie réelle » (pour citer à nouveau le document de la BRI), il réglemente désormais sa réouverture conditionnelle, qui se caractérise par la soumission au dogme de la vaccination et aux différentes méthodes de régulation de masse, qui pourraient bientôt inclure des confinements climatiques. Rappelez-vous comment on nous a dit que seuls les vaccins nous redonneraient notre « liberté »? Comme on pouvait s’y attendre, nous  découvrons maintenant que le chemin de la liberté est pavé de « variantes », c’est-à-dire de répétitions du virus. Leur objectif est d’augmenter le « nombre de cas » et d’étendre ainsi l’état d’urgence. Cela justifie la production de monnaie virtuelle par les banques centrales pour monétiser la dette et financer les déficits. Au lieu de revenir à des taux d’intérêt normaux, les élites préfèrent normaliser l’urgence sanitaire en alimentant le spécateur de contagion. Le « tapering » (réduction des incitations monétaires) tant essayé peut donc attendre – tout comme le Pandexit.

    Dans l’UE, par exemple, le « programme d’achat d’urgence pandémique » de 1,85 billion d’euros de la Banque centrale européenne (PEPP) doit actuellement se poursuivre jusqu’en mars 2022. Cependant, il a déjà été dit qu’il pourrait devoir être prolongé au-delà de cette date. Pendant ce temps, la variante Delta fait le poids de l’industrie du voyage et du tourisme alors que de nouvelles restrictions (y compris la quarantaine) affectent la saison estivale. Encore une fois, nous semblons pris au piège d’une prophétie auto-réalisatrice (surtout quand, comme l’ont suggéré le lauréat du prix Nobel Luc Montagnier et beaucoup d’autres, des variantes, aussi légères soient-elles, sont le résultat de campagnes agressives de vaccination de masse). Quoi qu’il en soit, le nœud du problème est que le virus continue d’être utilisé par le capitalisme sénile, dont la seule chance de survie dépend de la transformation du libéralisme vers l’autoritarisme oligarchique.

    Même si leur crime est loin d’être parfait, les organisateurs de ce coup d’État mondial doivent être crédités d’un certain génie sadique. Ils ont réussi leur tour de passe-passe, peut-être même mieux que prévu. Mais tout pouvoir visant à la totalisation est voué à l’échec, tout comme les grands prêtres de la religion Covid et leurs marionnettes institutionnelles, dont ils tirent les ficelles pour mettre en scène « l’urgence sanitaire » Psy-Op. Après tout, le pouvoir a tendance à se tromper sur sa toute-puissance. Ceux qui sont assis dans la salle de contrôle ne réalisent pas à quel point leur domination est incertaine. Ils ne se rendent pas compte que leur autorité dépend d’une « mission supérieure » pour laquelle ils restent partiellement aveugles, à savoir l’autorescréation anonyme de la matrice capitaliste. Le pouvoir réside aujourd’hui dans la machine à profit, dont le seul but est de poursuivre le voyage impitoyable qui peut conduire à l’extinction prématurée de l’Homo sapiens. Les élites qui ont attiré le monde dans l’obéissance au Covid sont la manifestation anthropomorphique de l’automate capitaliste,dont l’invisibilité est aussi sophistiquée que celle du virus lui-même. Et ce qui est nouveau à notre époque, c’est que la « société en confinement » est le modèle qui garantit le mieux la reproductibilité de la machine capitaliste, quel que soit son destin dystopique.