Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NECRONOMIE

  • Ne payez pas...

    energie,dont pay,mouvement anglais,ne payez pas,superprofits,emeuteLa révolution a commencé » : 93 000 Britanniques et le nombre s'accroit tous les jours vont cesser de payer leurs factures d’électricité au milieu de la tempête d’inflation dans un pays quia pourtant déjà taxé les superprofits

    Don’t Pay (dontpay.uk)

    Fait dire qu on annonce 350 euros par mois par menage dés cet automne

    nous ça tient jusqu'a fin décembre avec la levée du bouclier energie...On verra alors si on ne taxe pas les superprofits pour faire taire l'opinion.

    Vidéo - « Don't Pay UK » : le mouvement qui inquiète le go

  • Mir n'est pas un mirage

     

    la Chine et la Russie donnent des gages au réseau de relations visant à organiser et à rationaliser le front opposé au front occidental. Par exemple, les citoyens iraniens pourront bientôt utiliser la plateforme de paiement russe Mir pour leurs transactions quotidiennes. Ce système de paiement a été introduit par la Banque centrale de Moscou en 2015, après l’application de la première série de sanctions pour l’annexion de la Crimée qui a impliqué l’arrêt de la collaboration de MasterCard et Visa avec de nombreuses banques de la Fédération.

    Jusque-là, les deux géants américains du paiement électronique représentaient 90% des transactions en Russie. En bref, Mir est né comme un choix d’urgence et est devenu, petit à petit, l’alternative. Et pas seulement pour les citoyens russes. À ce jour, les cartes de crédit de l’opérateur du Kremlin sont présentes dans les portefeuilles de plus de 100 millions de clients et sont acceptées dans de nombreux autres pays, notamment en Corée du Sud, au Vietnam, en Turquie, en Arménie, en Biélorussie, au Kazakhstan, en Ouzbékistan, au Kirghizistan, en Abkhazie et en Ossétie, et leur atterrissage à Cuba et aux Émirats arabes unis est actuellement à l’étude.

    Évidemment, une clientèle numériquement et qualitativement ridicule par rapport à celle des grands logos qui sortent des fissures des portefeuilles occidentaux, tels que Visa, Mastercard ou American Express. Mais attention, car si la logique de la boule de neige qui devient une avalanche, roulant en aval, doit toujours rester l’étoile polaire de tout raisonnement prospectif dans une clé géopolitique. Premièrement, l’Iran vient de demander à rejoindre les BRICS. Ainsi, l’atterrissage de Mir en République islamique est justifié comme une autre brique dans le mur officiellement entré en construction lors du Forum du mois dernier à Beijing: la création d’une monnaie liée et garantie par des matières premières qui contrecarre le pouvoir de référence du dollar dans les transactions internationales. En premier lieu, en fait, ceux des matières premières. Et l’Iran et la Russie sont tous deux des acteurs de premier plan en termes d’énergie.

  • Le déni de réalité

    deni de realite,déni de realité,russie,usa,france recession,mutation depression,guerre sans guerre

    Hier je suis alle déjeuner avec l'ami Huzun du blog grand démonteur d'illusion devant l'éternel. Huzun est un spécialiste du déni de réalité. Finalement, je me dis que je ne vais fréquenter que les gens du blog, j'ai de plus en plus de mal avec les autres...

    A l'heure, où les medias parlent de la propagande russe et de la désinformation, force est de constater que les américains font de même.

    La pratique n’est pas nouvelle. S’il existe une méthode établie par laquelle les gouvernements, les contrôleurs et les institutions financières évitent systématiquement les ennuis, c’est bien le changement radical des règles du jeu. Si vous craignez que la réalité n’entrave vos plans, vous la changez. Et ici, l’Amérique, plongée jusqu’au cou dans l’alarme inflationniste, se retrouve maintenant obligée de faire face à un problème sémantique: comment redéfinir la récession, afin d’éviter son entrée dans le palais de la vie quotidienne à l’avance? Avec la hausse des prix, la stratégie était basique mais efficace : pendant des mois, les hausses étaient liées à des dynamiques transitoires. Spéculation, confinement, chaîne d’approvisionnement mondiale, même conditions météorologiques. Finalement, lorsque le bilan de la Fed était sur le point d’exploser et que la liquidité du QE commençait à affluer dangereusement du navire mal communicant de Wall Street, il a été décidé que l’inflation était structurelle. Et c’est parti avec la hausse des taux. La récession sert l’objectif inverse : arrêter la hausse trop rapide des taux déclenchée par la Fed, avant que Wall Street elle-même ne soit sauvée des mouvements de l’endettement excessif à la déshydratation des liquidités. Le timing serait parfait, compte tenu de la série d’augmentations déjà enregistrées par la Banque centrale, au point d’avoir poussé Jerome Powell à ne plus anticiper aucune forme d’orientation quant à l’ampleur du prochain ajustement. Mais il y a les élections de mi-mandat début novembre. Et un président qui, entre une poignée de main à son ami imaginaire et une médaille épinglée sur le dos d’un vétéran, doit faire face à des cotes d’approbation à des niveaux historiquement bas absolus.À tel point que cela a incité ce qu’on appelle le blog officiel de la Maison Blanche (Written Materials) a publié une analyse au titre apparemment académique et très cérébral : Comment les économistes déterminent-ils si l’économie est en récession ? C’était le 21 juillet. La formalisation de l’entrée en récession technique de l’économie américaine n’a eu lieu que le 28 juillet. Résumé de l’intervention? En fait, la remise en question de la définition historique de la récession comme la configuration de deux trimestres consécutifs de PIB réel négatif. Quelque chose commençait à inquiéter Pennsylvania Avenue avant la publication du chiffre du deuxième trimestre. Il était donc nécessaire de déplacer les pièces à l’avance. En attendant l'Angleterre a annoncé hier qu'elle entrait en récession en décembre et ce jusqu'à décembre 2023. 

    Mais nous, tout va bien comme le dit Lemaire du village global....