Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NECRONOMIE

  • Ce soir si tout va bien

    Geopolitique & Nécronomie - Le grand foutoir (youtube.com)

     

    En compagnie de l'ami Olivier Buirette

     (Docteur en Histoire, Universitaire-gestionnaire de la recherche, Sorbonne Nouvelle Paris 3)

    le programme

    1. Une 5e République en crise ?

    • Changement de 1er ministre

    • Remaniement

    • Le jeune Gabriel Attal (son côté russe méconnu ?)

    • La crise agricole résolue ?

    • Crises à venir ? Européennes et après, dissolution à terme ? (à double tranchant)

    • Quel après 9 juin ?

     

    1. Vers des guerres mondialisées ? (ref Bertrand Badié)

    • Une Multiplication des conflits ?

    • 7 octobre

    • Guerre Israël-Gaza et ses déchirures.

    • Crise en mer rouge ?

    • Les putsch en série en Afrique (Moscou derrière ?)

    • La 3e année de la guerre Russie-Ukraine : vers une VRAIE cobelligérance ?

    • Crise en Iran ?

     

    1. Le poids du réchauffement climatique : que l’homme en soit à l’origine ou non est-il désormais incontrôlable ?

    et bien évidemment le Burn out sociétal

  • Le châtiment des neufs orifices

    chatiment des neufs orifices,japon,rendement,taux negatifs,taux d interet,futurChers amis nécro

    Vous le savez, j'étudie beaucoup le cas du Japon pays qui a vécu le châtiment des neuf orifices.

    Alors que je me promenais ce matin le long du canal de l'ourcq, j'ai pris le temps de réfléchir aux récents événements économiques qui secouent notre monde avec une force insoupçonnée. Il semble que le vent du changement souffle avec une intensité particulière sur le paysage financier japonais. En effet, le rendement de l’obligation japonaise à 10 ans a franchi la barre symbolique des 1 %  marquant un tournant décisif et ouvrant la boîte de Pandore de l'incertitude.

    La Banque du Japon, avec sa politique de contrôle des courbes, avait érigé cette barrière comme un rempart infranchissable, un Rubicon économique que l'on ne devait pas traverser. Hélas, Tokyo n’aura pas tenu deux mois avec des taux positifs, et déjà, la ville semble sombrer sous le poids de l’insoutenable fardeau d’une dette gigantesque, rendant difficile la survie d'un rendement supérieur à 1 %.

    Les joies du Quantitative Easing (QE) et de l'impression monétaire mondiale ont conduit à cette situation. Ces stratégies, autrefois saluées comme des solutions miracles, montrent aujourd'hui leurs limites et leurs dangers. La monétisation et la stérilisation in vitro de la dette, ces concepts financiers si abstraits et pourtant si puissants, révèlent leurs conséquences : une fragilité croissante des économies qui en dépendent.

    Imaginez un instant, chers Nécros, Tokyo, acculée par cette dynamique implacable, contrainte de vendre elle-même la dette américaine pour tenter de stabiliser le taux de change du yen, qui s'effrite face au dollar. Une telle décision serait non seulement un aveu de faiblesse, mais aussi un signal d'alarme pour les marchés mondiaux. En ces temps troublés, je ne peux m'empêcher de songer à l'analogie des gouttes de rosée.. Chaque mouvement sur les marchés, chaque fluctuation des taux, est comme une goutte scintillante, fragile et éphémère. Et pourtant, l'accumulation de ces gouttes finit par former des rivières puissantes, capables de façonner le monde qui nous entoure.

    Nous sommes témoins d'une époque où les décisions économiques se révèlent aussi cruciales et impactantes que les forces de la nature. Il est essentiel de les observer avec une attention particulière, de comprendre les ramifications de chaque choix et de se préparer aux conséquences inévitables de nos actions passées.

  • La France sous tutelle de la Money Power

    Macron a brisé un tabou post-Brexit sans précédent. Interrogé par Bloomberg TV, le locataire de l’Elysée s’est dit ouvert au rachat d’une banque française par un concurrent européen, si cela servait de levier pour une plus grande intégration. Mais ce n’est pas suffisant. ,Le président français s’en est pris au nanisme industriel européen, prônant des fusions et la naissance de sujets capables de concurrencer les grands acteurs américains et chinois. Maintenant, ce dernier point semble paradoxal, du moins s’il est décrit comme un souhait de la part du champion du monde du nationalisme d’entreprise. Mais le premier point donne à réfléchir. Quelle banque française voit son niveau 3 bouillir à un point tel qu’elle a besoin d’un chevalier blanc pour la sauver ?

     

    Bref, Emmanuel Macron semble déterminé à préparer son opinion publique au sacrifice d’une partie de la grandeur nationale. Pour survivre. Car le ratio dette/PIB  commence à inquiéter. Et beaucoup. Et la charge des produits dérivés sur les banques françaises est le secret le mieux gardé de tout le secteur. Tout le monde sait, tout le monde se tait. Du moins jusqu’à ce que, comme c’est le cas actuellement, l’horizon de la politique monétaire apparaisse décidément insondable.

     

    . Comprenez-vous pourquoi Mario Draghi ex Président de Goldman Sachs International dirigera la Commission européenne ? Les cavaliers de l’Apocalypse sont nécessaires pour régner sur le chaos. Et la BCE en sait quelque chose.

    Juste pour info si Draghila remplace Pustula von der leyen, son projet est de lancer un emprunt de 500 MILLIARDS et à qui va t on emprunter ? Devinez....

    Emmanuel Macron pousse à la consolidation du secteur bancaire européen | Les Echos