Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

banquiers centraux - Page 2

  • Les décombres

     

     

    coronavirus,comprendre la crise,déflation,stagnation séculaire,bulle verte,dettes souveraines,banquiers centraux,très grande dépression,futurLa dégringolade actuelle des bourses est la plus forte enregistrée depuis la faillite de la banque Lehman Brothers à l’automne 2008. Depuis les années quatre-vingts, l’industrie de la finance est devenue l’industrie de base du système capitaliste mondial et a subi régulièrement des échecs. Mais avec les événements actuels et le choc exogène du coronavirus qui vient s’ajouter à l’incapacité de relancer les économies naturellement, la crise a pris une nouvelle ampleur. Lors de toutes les crises précédentes qui touchaient les centres capitalistes, c’étaient toujours les banquiers centraux qui jouaient le rôle de pompier suppléant les États. Aujourd’hui les pompiers d’hier sont le foyer de l’incendie.
    Ce déplacement du point de départ de la crise n’est pas le fait du hasard, c’est la conséquence logique de la manière dont on a tenté de résoudre les crises précédentes. Que ce soit lors du krach de la nouvelle économie ou à la suite de la grande crise des marchés financiers de 2008, le soin d’enrayer la spirale descendante de l’économie mondiale était laissé aux banquiers centraux. Au moyen d’une politique de l’argent pas cher (taux d’intérêts bas voire négatifs), les banques centrales fournissaient la matière première pour la création d’une nouvelle bulle spéculative encore plus importante puisque les investisseurs avaient la garantie d’être sauvés à tout moment, il n’y avait donc plus de prise de risques. La capitalisme idéal…
    Avec cette politique de planche à billets, les banquiers centraux ont freiné la chute de ce qu’on appelle l’économie réelle : l’augmentation toujours plus rapide de la dette devait servir de tampon jusqu’à ce que la dynamique de création de l’économie réelle se trouve une nouvelle sphère prometteuse et privée qui relance la machine.
    Dans un premier temps, cette approche a donné satisfaction et certains « experts » estiment que Mario Draghi a sauvé l’Euro alors qu’il n’a fait en réalité qu’ajourner l’échéance de la catastrophe. Depuis plusieurs années, la conjoncture mondiale restait faible mais par la suite en raison du déversement d’argent gratuit de nouvelles bulles successives, comme celle de l’immobilier ou des Marchés actions se sont créés. Grâce à cette politique de taux d’intérêts extrêmement bas, et la nationalisation des pertes de la spéculation, on a réussi à éviter l’effondrement des marchés financiers et même à les faire monter à des plus hauts jamais vu.
    . Les programmes de soutien à l’économie comme les baisses de charges en France ou d’impôts aux USA ont permis de stabiliser l’économie réelle, mais la production de l’industrie financière privée est restée en dessous du niveau qui aurait permis une limitation de l’endettement public. Beaucoup d’investisseurs préférant acheter des dettes souveraines, ou des dettes de sociétés cotées plutôt que d’investir dans l’économie réelle.
    . Aujourd’hui l’endettement des États est devenu la bulle la plus importante de l’industrie financière.
    Depuis la politique économique se trouve devant une question insoluble. D’un côté l’expansion de l’endettement étatique doit se poursuivre afin d’éviter une déflation. En même temps, les États doivent en permanence annoncer le retour vers des budgets équilibrés afin de maintenir leur propre crédibilité pour contracter de nouveaux crédits. Ce casse-tête représente l’arrière-plan de la prochaine très grande crise car dans le contexte actuel les endettements des pays comme la France qui dépasse allègrement les 100% vont être dépassés très largement
    Dans la situation actuelle, il n’existe plus que deux solutions
    1- Une politique budgétaire qui va accroitre considérablements les déficits et tant pis pour les fameux 3% de Maastricht et tant pis pour l’endettement des générations futures.
    2- Une option monétaire
    C’est-à-dire pour les banquiers centraux aller plus loin dans les taux négatifs ou racheter encore plus d’emprunts des États en difficultés ou des sociétés en difficultés avant qu’elles ne deviennent ce qu’on appelle dans le jargon des entreprises zombies.
    Cela était considéré il y a quelques années comme le plus grand péché contre la stabilité monétaire et cela non sans raison : une banque centrale qui stocke, pour garantir la stabilité monétaire, à la place de titres rentables des créances pourries déplace la crise sur un nouveau terrain. La dévalorisation de l’endettement public est ajournée et la conséquence est une dévalorisation rampante de l’argent.
    La prochaine étape logique du processus de crise est le passage de la crise des budgets étatiques vers la crise du médium argent puisque tous les prix sont faux avec l’argent gratuit.
    Le capitalisme dépasse ses crises en préparant les suivantes, toujours plus importantes. Karl Marx disait déjà cela, mais jamais la transmutation du moyen d’éteindre la dernière crise en combustible pour la prochaine crise ne s’est faite aussi rapidement.

     

     

  • CYGNE NOIR

    MON ANALYSE (rappel)

    L'économie mondiale est dans une période de vulnérabilité, où un choc exogène, comme le coronavirus, peut être le déclencheur de la prochaine récession mondiale. Ce qu’on appelle en terme d’économie un Cygne noir.
    Un choc quelconque est généralement la cause de la plupart des récessions qui se propagent à travers l'économie. Depuis plusieurs années, le resserrement de la Réserve fédérale (la hausse des taux), qui a commencé fin 2017 et s'est terminé à l'été 2019, a ralenti l'économie mondiale. Ensuite, la guerre commerciale a fait exploser des chaînes d'approvisionnement complexes et affaibli encore plus les économies développées et émergentes, du 1T18 au 3T19. Ces deux forces ont ouvert un cycle de vulnérabilité pour l'économie mondiale qui la rendait vulnérable à un choc. Cependant, personne ne pouvait deviner quel serait ce choc jusqu'à présent. L'économie mondiale fonctionnant dangereusement près de la vitesse de décrochage, la confluence de chocs omniprésents et un coussin commercial fortement diminué ont eu raison de la vision de plus en plus optimiste des marchés financiers des perspectives économiques qui n’était basée que sur la capacité des banques centrales à imprimer des billets et imprimer des billets face un virus ne sert à rien. Nous vous pouvons être face à un choc de demande (les consommateurs ne consomment plus) ou un choc d’offre (les consommateurs ne trouvent plus ce qu’ils désirent) Dans tous les cas avec des taux zero ou négatifs les banques centrales ne pourront pas faire grand-chose si ce n’est aller plus loin dans le négatif. D’après mes infos, la situation économique est fortement touchée, tout le monde ou presque travaillant avec la Chine.

    PS Autrement dit la FED s'est montrée trop optimiste en remontant ses taux trop tôt. Il ne fait pas de doute qu ils les baisseront à la prochaine réunion, ils en ont la capacité contrairement à l'Europe et à la BCE qui ne peut que s'enfoncer dans le négatif avec de grande conséquences pour les banques et les assureurs déjà mal en point

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Tramadoll for Traumadoll

     kate tempest,gentrification,l'europe est perdue,tramadoll pour traumadoll,banquiers centraux

     

     

    Edito de surgissement désordonné

     

    Quant à la reprise, nous nous flattons de démontrer qu'il n'y en a point qu'il s'agit uniquement dune tentative d'hypnose des gouvernements occidentaux sous l'égide des banquiers centraux et leurs injections morphiniques de cash.

    Tout ce que j'avais évoqué dans Crise et Mutation a depuis empiré. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Le médicament  le plus remboursé en France est le Seroplex (antidépresseur), cinquante mille personnes décèdent chaque année de l'alcoolisme et nous sommes champions du monde de la consommation de drogue douce. Tout ceci, n'est pas l'apanage unique de la France. Il en est de même dans toutes les Démocraties de Marché. Janet Yellen, l'ex-présidente de la FED,elle même, rappelait les dégâts des opiacés aux USA.

    La vérité , c'est que les gens n'en peuvent plus de la compétitivité qui leur est imposée au profit de quelques uns.. La psychiatrisation de la société est en train de se sur-accélérer : l'explosion des troubles de l'attention chez les enfants, le nombre exponentiel de manifestations d'angoisse et de suicides, le burn out...Autant de problèmes niés par la pensée unidimensionnelle nécronomique dans laquelle nous survivons avant de finir fracassés par la vie avec pour seule compensation l'appauvrissement assisté par ordinateur et le mirage d'une fausse liberté acquise par le viol de notre vie privée pour obtenir une fausse liberté : celle de choisir entre des produits concurrents...Quelle avancée..

    Comme le fait remarquer John Zerzan, l'anarcho-primitiviste, à juste titre

    De nouvelles pathologies, résistantes à la médecine industrielle, se répandent à l’échelle planétaire, ainsi que le fondamentalisme religieux – symptôme de frustration et de profonde misère psychique...les innombrables variétés de thérapies parallèles se complaisent dans d’ineptes illusions. Prétendre que l’on peut être entier, éclairé et apaisé au sein de la folie actuelle revient à accepter cette folie.

    J'ajouterai personnellement que comme l'avait vu Herbert Marcuse la pensée positive n'est rien d'autre que le triomphe de la pensée unidimensionnelle édictée par la Money Power et que notre salut au contraire ne peut reposer que dans la pensée négative. C'est ce que nous essayons de pratiquer depuis plus de dix ans sur ce blog.

    Heureusement de temps en temps surgissent des talents qui donnent des coups de dagues dans le ciel des esprits et créent des brèches de l'espoir. Des coups qui laissent des traces et nous démontrent que nous ne sommes pas seuls.

    C'est le cas de Kate Tempest, une jeune femme qui parlent de gentrification (un thème qui m'est cher), de la surconsommation et de la fin de l'Europe. Plus qu'une rappeuse ou une slameuse, une vraie poétesse reconnue pour le vertige de son écriture. Rien à voir avec ce que l'on l'entend ici.

    Une Tempest même dans un verre d'eau, ça fait toujours plaisir...

    https://www.youtube.com/watch?v=QSVyyykaEOo