Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NECRONOMIE - Page 8

  • La nécro c trop....

    le stratège en chef des investissements de BANK OF AMERICA, Michael Hartnett devient nécro ...

    l’histoire de 2022 est « choc d’inflation = choc de taux = choc de récession »; l’histoire plus large des années 2020 est le changement de régime - inflation plus élevée, taux plus élevés, volatilité plus élevée et valorisations plus faibles des actifs, entraînées par les tendances de la société (inégalité), de la politique (populisme / progressisme), de la géopolitique (guerre), de l’environnement (zéro net), de l’économie (démondialisation), de la démographie (déclin de la population chinoise), de l’inflation, tous favorisent les liquidités, les matières premières, les actifs réels, la volatilité, les petites capitalisations, toutes les obligations endommagées, le crédit, le capital-investissement, les actions technologiques.

    Qui sera le Lehman déclencheur de déflation de cette récession?

    • le marché des prêts à effet de levier est en train de craquer, avec un risque systémique lié au désendettement obligataire / boursier / immobilier en parité de risque (RPAR), capital-investissement (PSP) élevé, exposition au capital-investissement aux prêts syndiqués élevée, fonds souverains, événements de crédit dans la technologie spéculative, système bancaire parallèle, consommateur américain acheter maintenant, payer plus tard modèles, crédit / banques / logement européens, marchés émergents, sociétés zombies, et ainsi de suite... 



     



  • Burn out sociétal



    Le Standard & Poor’s 500 est officiellement entré dans le marché baissier, à -20% des sommets qui ont conduit l’indice à rejoindre le Nasdaq (-30%) et le Russell 2000 (-28%). Une question de jours et même le Dow Jones (-16%) rejoindra le club, peignant une image de Wall Street qui semble au moins irréelle. Parce que net d’un effondrement digne de corrections récentes et beaucoup plus médiatiques, la situation en Ukraine garantit un écran de fumée résolument efficace. Bref, la panique des premières pages des journaux et les ouvertures des nouvelles semblent encore loin. Incroyablement.

    Bon nous en France, la guerre en Ukraine est passée derrière la woke culture, l'intersectionnalité sujets qui passionnent les médias. Je suis tombé l'autre jour à la télé sur Mme Rossignol la sénatrice qui interrogeait le fils Marc Dorcel au sénat Le pornocrate était liquéfié car il ne comprenait pas la question.

    voilà la question qu’elle a posé « Je suis allée voir sur votre site. Vous avez une rubrique interraciale et dans cette rubrique, j’ai trouvé le synopsis d’un film : Gina, Chloé et Cheryl vont vous montrer comment on s’occupe d’une grosse bite black. Avez-vous aussi des films dans lesquels on dit comment s’occuper de grosse bite blanche ? Si cette référence, assez claire, a des représentations selon lesquelles les hommes noirs seraient dotés d’attributs avantageux dans la nature… ne véhiculait pas de représentation raciste en faisant appel à l’anatomie des personnes noires. »

    Le covid a accouché d'un burn out sociétal et d'un état d'épuisement psychique des populations, c'en est une démonstration nécro....



  • INTERVIEW CULTE DU PATRON DE LA FED pOWELL

    Les plus anciens du blog se souviennent avec émotion les discussions enflammées que nous avons pu avoir sur le hard landing ou le soft landing, autrement dit l'attérissage en douceur ou en douleur

    Intervie(W) du patron de la FED

    Powell: Vous pouvez donc voir que l’inflation est tout simplement trop élevée ici aux États-Unis. Et en passant, la même chose partout dans le monde, vraiment, les économies mondiales partout dans le monde ont été frappées par une série de chocs inflationnistes et, à peu près, je reviens d’une série de réunions avec des banquiers centraux du monde entier, et nous sommes tous confrontés au même genre de problèmes et le public fait face au même genre de problèmes.
    Ryssdal: Pire ici, pire ici, pour être clair, non?
    Powell: Certains endroits pire, d’autres mieux. Nous sommes confrontés à différents défis, mais là encore, notre économie est plus complètement rétablie, ils sont peut-être juste derrière nous à temps. Mais que dirais-je à cette personne ? Je dirais donc que nous comprenons et apprécions pleinement à quel point l’inflation est douloureuse, et que nous avons les outils et la détermination pour la ramener à 2 %, et que nous allons le faire. Je dirai aussi que le processus visant à ramener l’inflation à 2 % comportera également une certaine douleur, mais en fin de compte, la chose la plus douloureuse serait que nous ne parvenions pas à y faire face et que l’inflation s’enracine dans l’économie à des niveaux élevés, et nous savons ce que c’est. Et ce ne sont que des gens qui perdent la valeur de leur salaire à cause d’une inflation élevée et, en fin de compte, nous devrions traverser un ralentissement beaucoup plus profond. Et donc nous devons vraiment éviter cela.

    Alors que beaucoup se sont éloignés de la presse de la Fed de la semaine dernière en croyant que Powell avait retiré 75 points de base « de la table », certains pourraient soutenir que ses commentaires lors de l’interview de ce soir l’ont simplement remis sur la table...

    Powell: « Si les choses se passent mieux que ce à quoi nous nous attendons, alors nous sommes prêts à en faire moins, si elles arrivent pire que ce à quoi nous nous attendons, alors nous sommes prêts à en faire plus. »
    Ryssdal: Permettez-moi d’être clair, 75 points de base est « prêt à en faire plus? »
    Powell: Ce que vous avez vu, c’est que vous avez vu ce comité s’adapter aux données entrantes et à l’évolution des perspectives. Et c’est ce que nous continuerons à faire.

    Puis il a jeté de l’eau froide sur l’idée d’un « atterrissage en douceur » que tant de collecteurs d’actifs et de ramasseurs de commissions disent constamment aux investisseurs est probable:

    « Il y a d’énormes événements, des événements géopolitiques qui se déroulent dans le monde entier, qui vont jouer un rôle très important dans l’économie au cours de la prochaine année environ », a déclaré M. Powell jeudi.
    « Donc, la question de savoir si nous pouvons exécuter un atterrissage en douceur ou non, cela peut en fait dépendre de facteurs que nous ne contrôlons pas. »

    En outre, Powell dit la vérité sur son échec épique de l’inflation « transitoire »:

    J’ai dit, et je le répète, que, vous savez, si vous aviez un recul parfait, vous reviendriez en arrière et il aurait probablement été préférable pour nous d’augmenter les taux un peu plus tôt. Je ne suis pas sûr de la différence que cela aurait fait, mais nous devons prendre des décisions en temps réel, en fonction de ce que nous savons alors, et nous avons fait de notre mieux.
    Maintenant, nous voyons la situation clairement et nous sommes déterminés à utiliser nos outils pour revenir à la stabilité des prix.

    C’est drôle ça ! Nous semblons nous souvenir d’un tas de dickweeds numériques criant que c’était tout sauf transitoire en mai 2021

    Les contrats à terme sur actions américaines tombent sur cette nouvelle...



    Il semble que Powell veuille vraiment contrôler l’inflation en faisant s’effondrer les actions... et si vous en doutez, lisez la suite :

    J’admire Paul Volcker. Je pense que tout le monde admire Paul Volcker maintenant. Donc, je ne dois pas être pointé du doigt pour l’admirer, vous savez. C’était vraiment un grand fonctionnaire et une personne formidable. Et le fait était qu’il a fait ce qu’il pensait être la bonne chose, et il était prêt à être impopulaire pour cela, parce qu’il regardait à moyen et à long terme, eh bien, pour le pays. Et je n’en ai pas, vous savez, je pense que c’est une bonne chose à garder à l’esprit lorsque vous faites des emplois dans la fonction publique, c’est de ne pas penser à ce qui est populaire, de faire ce que vous pensez être juste et de laisser tout le reste s’occuper de lui-même. Je le prends comme un principe général. Il n’en fournit aucun, il n’éclaire pas la situation actuelle. Nous devons évaluer ce qu’il faut faire dans la situation actuelle. Nous savons que ce que Paul Volcker a fait était juste dans sa situation, et c’est quelque chose comme ça qui pourrait s’avérer être juste ici. Mais je ne pense pas que nous le sachions. Je pense que nous avons beaucoup à apprendre sur la voie à suivre.

    Nous sommes à peu près sûrs que personne n’évalue un mouvement de taux à la Volcker (ou que la Fed est en mesure de supporter le carnage concomitant des marchés boursiers).