Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NECRONOMIE - Page 9

  • EXPROPRIATION ET APPROPRIATION

    LABOUR.jpgEn février 2020, Eric Schmidt passé de la Présidence de Google à celle de la commission de sécurité nationale sur l'intelligence artificielle s'inquiétait dans le New York Times du fait que la Silicon Valley pourrait perdre la « guerre technologique » contre la Chine à cause de l'insuffisante numérisation de la vie aux USA. Alors que l'intelligence artificielle chinoise explose grâce à l'utilisation de données massives livrée par la cybernisation forcée du Marché et le ranking social (les notes citoyennes) ainsi que la disparition du cash qui oblige à vivre le plus possible en ligne.

    Il ne faut jamais perdre de vue que l'on peut certes créer des liens y compris sur Facebook, Twitter ou Tik Tok mais ces liens n'appartiendront pas en définitive à leurs membres. Ils ne leur reviendront pas, ce qui rend possible le capital fictif et muté. Leur exploitation capitaliste facebook ou capitaliste d'Etat Tik Tok comme toute formation de lien présuppose une expropriation ontologique (la mise hors de soi) et rend possible sa capture économique et sociale. L' IA fonctionne sur le même principe...

    Nécronomiquement votre

  • Triple larbin

    HYPE.pngLemaire du village global, le célèbre romancier érotique et magicien des sphincters économique attend avec impatience le score des agence de notations américaines en espérant que la France conserve son AAA

    Petit rappel : en nécronomie le triple A signifie que l'on est un bon vassal des USA et nous le traduisons donc comme cela Affaiblissement, Assujettissement, Apeurement....

    Pour cela on peut compter sur Macron et les chaînes infos entre la Russie et les djihads olympiques....

    Comme dit la Money Power

    We play together, we pay together....

    Pour mémoire le debut des chroniques nécro où je parlais déjà des djihads olympiques en 2005...

    3275617008 (2).jpg

     

     

  • FREE ASSANGE

    La destruction de la démocratie réelle au niveau national est désormais visible par tous.

    Aux États-Unis, cela a été accompli par le pouvoir de l’argent, où les candidats sont comparables aux chevaux de course appartenant à des milliardaires. En Europe, ce fut l’oeuvre de l’Union européenne, dont la bureaucratie a progressivement repris les fonctions économiques essentielles des États indépendants, délégant aux gouvernements nationaux la tâche de concocter d’énormes controverses autour des questions de vie privée, telles que le mariage gay ou l'euthanasie tandis que la politique socio-économique se voit dictée par la Commission européenne à Bruxelles.

    Mais derrière cette Commission, et derrière le jeu électoral américain, se trouve le pouvoir anonyme identique qui dicte ses volontés à cette entité transatlantique : la Money Power.

    Cette évolution est le résultat de la soi-disant « construction européenne » qui depuis plusieurs décennies a transféré des compétences des États européens souverains à l’UE, qui à son tour va transférer ses pouvoirs à des institutions transatlantiques, le tout sous le contrôle décisif des « Marchés » – euphémisme pour désigner la Money Power..

    Les citoyens ne sont informés de la dernière étape de ce processus de dé-démocratisation en cours que lorsque cette dernière est déjà bien engagée. Le résultat est un fossé toujours plus large entre d’un côté "la classe politique", qui comprend à la fois les hommes politiques et les médias de masse, et de l’autre côté la population en général. La principale tâche encore dévolue à la classe politique est de divertir la population avec l’illusion qu’elle vit toujours dans une démocratie, et que les représentants qu’elle élit agissent dans ses intérêts.

    Pour mesurer l’ampleur de la reddition de l’indépendance française au cours des dernières décennies, on peut rappeler que dans les années 1970, le gouvernement de centre droit du Président Valéry Giscard d’Estaing avait facilement accordé l’asile aux Black Panthers fuyant les États-Unis. Aujourd’hui, nous refusons l'asile à Edward Snowden ou à Julian Assange. Les temps ont bien changé.

    Pour Julian cela se joue aujourd'hui

    télécharger.jpg