Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

apocalypse

  • Apocalypse Now

     

     

    En 1969, alors que la guerre du Vietnam faisait rage, l’économiste monétaire Milton Friedman a inventé pour la première fois le terme « monnaie hélicoptère », en référence à ce qui pourrait être fait pour stimuler la demande dans une économie. Cette parabole du simple fait de jeter de l’argent hors des hélicoptères a été relancée par Ben Bernanke en 2002. La plupart des gens pensaient que c’était une blague, même si l’assouplissement quantitatif a commencé en 2008. Mais personne ne rit maintenant.

    Le gouvernement américain ou la Réserve fédérale ne l’ont pas appelé monnaie hélicoptère, mais les chèques de relance, le koikilencoute, les prets garantis par l'Etat, chaque pays y est allé de sa sauce...En période de crise même les billets font la planche...

    La théorie quantitative de la monnaie émet l’hypothèse que plus il y a d’argent dans une économie, plus il y a de chances que les prix à la consommation s’accélèrent. En effet, le point que la plupart des gens oublient est que le terme inflation fait essentiellement référence à la croissance de la monnaie et du crédit dans une économie. Ce que font les prix est secondaire mais, comme le dit la théorie, ils ont de bonnes chances de suivre l’inflation monétaire.

    Faut-il donc s’étonner que nous en soyons là où nous en sommes aujourd’hui? Il y a, pour être juste, un certain nombre de « raisons » pour lesquelles les prix à la consommation se sont nettement accélérés au cours de la dernière année. Les problèmes de chaîne d’approvisionnement sont souvent cités, mais cela nous ramène à l’inflation monétaire. Si la masse monétaire n’avait pas explosé plus haut en 2020, peut-être que la demande aurait été freinée et que la pression sur l’offre n’aurait pas été aussi grande.’inflation des prix à la consommation était endémique bien avant le début de la guerre en Ukraine. Cela n’a à peu près rien à voir avec la guerre. C’est la masse monétaire. Et après la plus grande inflation monétaire de l’histoire, qu’est-ce qui nous attend ?

     

    La Déflation...le chatîment des neufs orifices....



  • Les indispensables avant de mourir du coronavirus nécronomique

    salon mort.png

     

     

     

     

     

     

     

    -Ils sont partis par là-bas  

    -Dernières Paroles célèbres 

    -Morts étranges 

    -Jusqu’à votre mort 

    -Le livre des Morts Tibétains  

    -Le livre des morts des Anciens Égyptiens 

    -Comment sont-ils morts ? Volumes 1 et 2 

    -Horrible et soudain 

    -Les Épitaphes et le doigt de Dieu 

    -La Mort dans l’Égypte ancienne 

    Comment nous mourrons 

    L’Abolition de la Mort 

    La Vie sans la Mort 

    Que survit-il ?

  • le virus c'est viral hépathite qu'il fera beau demain

    C'est marrant, en France on ne trouve pas d'analyse comme celle là. En France tout va bien. Et pourtant c'est un pote à Macron qui parle, un mec de la Money Power qui lui s'inquiète Cela dit le coronavirus est peut être une solution mortelle à la réforme des retraites

     

    L'ancien président de Morgan Stanley Asia, Stephen Roach, a publié un éditorial lundi 27 janvier via Project Syndicate et est également apparu sur «Trading Nation» de CNBC pour avertir de la façon dont l'économie mondiale pourrait déjà être dans une période de vulnérabilité, où un choc exogène, comme le coronavirus, pourrait être le déclencheur de la prochaine récession mondiale.
    Roch nous rappelle qu'un choc quelconque est généralement la cause de la plupart des récessions qui se propagent à travers l'économie. Depuis plusieurs années, le resserrement de la Réserve fédérale, qui a commencé fin 2017 et s'est terminé à l'été 2019, a ralenti l'économie mondiale. Ensuite, la guerre commerciale a fait exploser des chaînes d'approvisionnement complexes et affaibli encore plus les économies développées et émergentes, du 1T18 au 3T19. Ces deux forces ont ouvert un cycle de vulnérabilité pour l'économie mondiale qui la rendrait vulnérable à un choc. Cependant, personne ne pouvait deviner quel serait ce choc jusqu'à présent. "L'économie mondiale fonctionnant dangereusement près de la vitesse de décrochage, la confluence de chocs omniprésents et un coussin commercial fortement diminué soulève de sérieuses questions sur la vision de plus en plus optimiste des marchés financiers des perspectives économiques mondiales", a déclaré Roach via son éditorial dans Project Syndicat.