Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

futur - Page 7

  • Japonification, la consummation mondiale se porte bien

     Le châtiment des neuf orifices à la japonaise ( vous serez punis par tous les orifices avec lesquels vous avez consommé n'est pas loin...) si l'on en croit nos amis de Deflation.comme . Rejoignant par là ce que j'annonçais en 2010 interview sans filet Crise et Mutation. Necronomy Power....

    La troisième plus grande économie du monde continue de lutter contre les forces déflationnistes.

    En effet, les prix à la consommation de base du Japon ont chuté en novembre à leur rythme le plus rapide depuis une décennie.

    Voici un extrait d'un article de Reuters le 17 décembre:

    Les prix à la consommation de base [du Japon], qui excluent les coûts volatils des aliments frais, ont chuté de 0,9% en novembre par rapport à un an plus tôt.

    C'était le quatrième mois consécutif de chutes et le rythme de baisse le plus rapide d'une année sur l'autre depuis septembre 2010.

    Bien que la baisse ait été largement imputée à la campagne de rabais sur les voyages du gouvernement et à la faiblesse des prix de l'énergie, elle a souligné à quel point la demande intérieure était lente à contenir les prix et à freiner la reprise après une crise induite par une pandémie.

    "La résurgence des inflexions maintiendra les gens à la maison et une baisse prévue des paiements de primes d'hiver empêchera une reprise de la consommation", a déclaré [l'économiste en chef du Norinchukin Research Institute.

    "Les prix à la consommation continueront de baisser à l'approche de 2021."

    Tout cela se produit malgré les précédents efforts de relance de la Banque du Japon.

    raisons pour lesquelles les banques centrales du monde entier, y compris la Réserve fédérale américaine, seront impuissantes à arrêter la déflation:

    "Les prix à la consommation continueront de baisser à l'approche de 2021." Tout cela se produit malgré les précédents efforts de relance de la Banque du Japon.: La Fed a gonflé l'offre de dollars à un taux annuel stupéfiant de 36% de 2008 à 2014 ... Étant donné la connaissance du gonflement de la Fed, de nombreuses personnes s'attendraient à ce que les indices des prix à la production et à la consommation augmentent à un taux de 36% par an. Mais ... le taux de variation annuel de l'IPP est proche de zéro et l'IPC n'a augmenté qu'à un taux de 2%. Les économistes ont eu du mal à expliquer pourquoi les prix à la production et à la consommation ont été si faibles. La réponse courte est que la psychologie déflationniste tend à prendre le dessus, peu importe ce que fait la Fed. Les prêts de la banque centrale et les emprunts publics ne parviennent pas à générer de la croissance économique L'économie a été atone à la fois en dépit et en raison de l'inflation record des banques centrales et des dépenses record des gouvernements du monde entier. Une dette élevée entraîne une stagnation économique et finalement une déflation. Le Japon avait l'une des économies les plus fortes du monde entier, avec une croissance de 9% pendant 20 ans jusqu'en 1973, puis un taux assez élevé d'environ 4,5% jusqu'en 1994. À partir de là, il était en moyenne d'environ 1%. La raison pour laquelle le Japon est en difficulté a été exprimée dans un titre du 1er novembre 2012 de MarketWatch: «Le Japon est pire qu'un piège déflationniste». Mais ce n'est pas pire qu'un piège déflationniste. C'est juste un piège déflationniste. Voici ce que dit l'article: "Les décideurs politiques ont échoué de manière spectaculaire. Une déflation brutale persiste. Les responsables japonais ont tenté une relance monétaire, y compris des taux d'intérêt nuls et un assouplissement quantitatif." Cela vous semble-t-il familier? Et ici: "Les relances budgétaires passées ont fait monter la dette nationale à 200% du PIB." Cela vous semble-t-il familier aussi? Et enfin, "L'aspect le plus troublant du malaise japonais est peut-être psychologique." C'est la clé de tout.

    https://www.deflation.com/

  • Changement de paradigme

    chomage,rsa,assistanat,democraties de marché,futur,recession,depression,failliteMême la Money Power commence à se rendre compte

    L'ancien CFO de Goldman Sachs, Marty Chavez, pense que la redistribution des revenus via le revenu de base universel (UBI) est le seul moyen d'éviter la révolution alors que l'écart de richesse continue de croître.

    Comme l’indique l’écrivain Jeremy Seabrook spécialisé dans les questions sociales : « la culture du pauvre n’est pas différente de celle du riche, ils doivent partager le même monde, ce monde qui a été édifié pour le plus grand bénéfice de ceux qui ont de l’argent. La pauvreté est aggravée par la croissance économique, de même qu’elle est augmentée par la récession ». Et il est vrai que la récession signifie plus de pauvreté et moins de ressources ; mais, avec la croissance, le spectacle des biens de consommation devient encore plus envahissant, et le gouffre entre le désir et la réalité se creuse davantage encore.

    Dans les démocraties de Marché, le chômeur ou l’assisté sont donc à la fois des producteurs et des consommateurs inachevés. Ce qu’on leur reproche, c’est évidemment en premier de ne pas travailler ce qui sous-entend en réalité de ne pas dépenser assez en tant que consommateur. Salaud de pauvres ; Les crédits conso sont fait pour ça. Pendant toute la période du COVID nous n’avons pas cessé d’avoir des discours lénifiants sur la fantastique épargne des français avant que les chiffres viennent révéler ce qui était pourtant une évidence à savoir que cette épargne avait été réalisée par les catégories les plus aisées et que les plus défavorisés s’étaient endettés pour survivre. Cette simple démonstration prouve que le problème économique ne vient donc pas des pauvres mais des riches. Les pauvres vivent au-dessus de leurs moyens et les riches en dessous de leurs moyens. C’est pour cela je pense qu’il est temps de réhabiliter celui qu’on désignait jusqu’alors comme un assisté mais qui en fait se révèle un agent économique extrêmement  fiable. Cet agent économique est en fait un travailleur à domicile rémunéré pour consommer. Son rôle est primordial dans l’économie puis qu’il n’épargne pas et qu’il fait circuler l’argent.

    Car si l’on va au bout de la logique qui nous est proposée, Ne pas consommer est un acte de sabotage, un manque de civisme, celui qui s'abstient bafoue les droits de la marchandise, Celui qui épargne est un monstre d’égoïsme et à ce titre doit être sévèrement châtié autrement que par des taux négatifs.

    Merci donc à tous ceux que l’on stigmatise sous le nom d’assistés  et qui sont en fait des télétravailleurs de la consommation dont il faut saluer l’engagement citoyen.

  • La «réinitialisation» mondialiste échoue-t-elle? Les élites ont peut-être surjoué leur main

    Les gouvernements sont actuellement dans les médias affirmant que les vaccins «ne seront pas obligatoires». Ceci est un mensonge. En même temps, ils mettent en place des mandats pour vous obliger à prouver que vous êtes vacciné afin de vous rendre dans les lieux publics et même d'aller travailler. En gros, vous prenez le vaccin ou vous mourez de pauvreté

    Brandon Smith

     

    Un article d’un ami nécronomiste américain dont je publie le début avec son autorisation et que je vous invite à retrouver dans intégralité. Brandon et ses amis se battent ardemment pour faire échouer l’agenda globaliste. Vous constaterez qu’en ce qui le concerne il ne parle pas des zombies comme moi mais des vampires ! Autre différence, il est stagflationniste et moi comme vous le savez stagdéflationniste. Mais j' aime bien la conclusion de son article : Je vois des manifestations dans des États verrouillés comme le Michigan, la Californie et New York. Je vois des manifestations de masse en Europe. Je vois le schéma de réinitialisation exposé et la vérité s'introduire dans le courant dominant. Je vois quelque chose monter à la surface, et je sens l'odeur de la poudre à canon de la rébellion, et j'aime ça

    Lire la suite